Association Paléontologique
de Villers-sur-Mer
Le Villare - 14640 Villers-sur-Mer - BP 10 - tél. : 06 22 97 12 41 / 02 31 14 51 71 - Contact par mail

Activité

18h : Conférence grand public de Didier Merle : De Paris sous la mer à une île nommée Inde : un voyage dans le temps de 50 millions d’années. Cinéma du Casino de Villers

Le 01/07/2017
photo

Il y a 50 millions d’années, les dinosaures avaient disparu depuis longtemps, mais le monde était encore bien différent celui que nous connaissons. Nous sommes à l’Éocène. Un grand Océan, la Téthys, permet une communication entre l’Atlantique et le Pacifique ; la plaque Indo-pakistanaise rejoint lentement l’Asie. C’est une grande île. À l’Éocène, la communication entre les océans est encore facile et fait le trait d’union entre le bassin de Paris et la plaque Indo-pakistanaise. C’est dans ce contexte globalement chaud qu’évoluent les faunes marines de cette époque.

 

Pour le bassin de Paris, deux aspects provenant de recherches récentes soulignent son intérêt scientifique. 1) un point-chaud de la biodiversité datant de l’Éocène moyen. La richesse en espèces de coquillages dépasse de beaucoup celle d’autres régions du monde. Cela fait de ce bassin une des régions les plus riches en espèces de coquillages fossiles. 2) Des patrons de coloration des coquilles fossiles sont préservés en masse. Ce phénomène de conservation exceptionnelle permet d’observer les motifs colorés de nombreuses espèces fossiles. On peut ainsi connaître leurs variations. Cette découverte représente un formidable outil pour aborder le concept d’espèce chez les mollusques et mieux comprendre leur évolution dans le temps.

 

Dans la Province du Sindh (Pakistan), le Ranikot Group, qui affleure largement dans l’arc de Karachi, correspond à des dépôts marins littoraux de la transition Paléocène/Éocène (env. 55 Ma). Cette région constitue une clé pour connaître la biodiversité à l’extrême Est de la Téthys. Les faunes du Ranikot Group furent signalées et récoltées par les anciens auteurs au début du siècle dernier. Mais ultérieurement aucune recherche n’a été entreprise. Depuis 2010, une équipe du MNHN travaille sur le Ranikot Group. Les résultats les plus spectaculaires des missions 2010, 2011 et 2012 concernent les faunes de coquillages. En effet, plusieurs niveaux ont livré des assemblages très riches en mollusques avec environ 80 espèces inédites. Dès maintenant, il est possible d’affirmer que cette richesse traduit l’existence d’un autre point chaud de la biodiversité fossile, mais c’est fois-ci placée à la l’Est de la Téthys.

 

portrait Didier Merle

Maître de Conférences au Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) de Paris, Didier