Association Paléontologique
de Villers-sur-Mer
Le Villare - 14640 Villers-sur-Mer - BP 10 - tél. : 06 22 97 12 41 / 02 31 14 51 71 - Contact par mail

Activité

18h : Conférence, au cinéma du Casino de Villers : La paléontologie en Normandie: les crustacés par Sylvain Charbonnier, (MNHN, Paris)

Le 09/07/2016

Dans la nature actuelle, les crustacés constituent l’un des groupes les plus diversifiés du règne animal avec près de 70 000 espèces décrites. Parmi les crustacés, les décapodes regroupent environ 15000 espèces actuelles pour seulement 3500 espèces fossiles décrites du Dévonien au Quaternaire.

Jusqu’à présent, les crustacés fossiles ont été largement sous-exploités comme objets et modèles d’étude en paléontologie. Relativement peu abondants dans le registre fossile, ils sont nettement sous-estimés du point de vue de leur paléobiodiversité. Ils sont aussi très souvent absents des reconstitutions paléoécologiques, paléoenvironnementales et surtout paléobiogéographiques.

Cet état de fait est intiment lié aux conditions de fossilisation et à la nature même de la carapace des crustacés qui se dégrade très rapidement après la mort des organismes. Ainsi, quand les crustacés sont présents dans un assemblage donné, il s’agit régulièrement de fragments d’appendices ou de carapaces dont l’identification est toujours délicate pour le spécialiste ce qui limite voire rend frustrante toute tentative d’interprétation plus poussée. Par ailleurs, l’un des problèmes majeurs des crustacés fossiles est l’accès à de nouveaux gisements qui sont et demeurent rares. - Néanmoins, la Normandie est une terre de prédilection pour les paléontologues spécialistes de crustacés fossiles. En effet, les sédiments du Jurassique et du Crétacé de Normandie livrent des fossiles en abondance et parfois des crustacés sont découverts. La Normandie est donc une source d’information importante et permet d’esquisser l’importance des crustacés dans les communautés du passé.

Le conférencier a présenté (1) les recherches des pionniers de la paléontologie normande au XIXe siècle, (2) les faunes emblématiques du Jurassique et (3) les faunes emblématiques du Crétacé. Des comparaisons avec d’autres régions françaises et d’autres régions en Europe et dans le monde seront proposées.

 

Maître de Conférences au Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) de Paris, Sylvain Charbonnier étudie les gisements à conservation exceptionnelle. Ses recherches paléontologiques portent notamment sur les arthropodes marins du Mésozoïque et la reconstitution des paléoécosystèmes. Au sein du Centre de recherche sur la paléodiversité et les paléoenvironnements (UMR 7207 CR2P), il est responsable, avec Didier Merle (MNHN), d’une équipe chargée d’examiner des aspects exceptionnels et cryptiques de la Paléodiversité.

Auteur de nombreuses publications scientifiques, il a récemment coordonné l’organisation d’un symposium international sur les crustacés décapodes du Mésozoïque et du Cénozoïque (Villers-sur-Mer, 14-18 juin 2016).

Sylvain Charbonnier est actuellement Président de la Société Géologique de France (SGF).

 

tous les articles