Association Paléontologique
de Villers-sur-Mer

Le Villare - 14640 Villers-sur-Mer - BP 10 - tél. : 06 61 79 16 24 / 06 22 97 12 41 - Contact par mail

Activités - Best of 2013 - Réunion mensuelle avec exposé « Des falaises des Vaches Noires aux profondeurs de Sodwana Bay, rencontre avec les cœlacanthes »

Réunion mensuelle avec exposé « Des falaises des Vaches Noires aux profondeurs de Sodwana Bay, rencontre avec les cœlacanthes »

Le 27/04/2013
photo

►Samedi 27 avril                                                               

Salle Bagot (au bout de la rue Comtesse de Béarn), à 20 h.

* 1re partie : Vie de l`association, échos scientifiques, identification de fossiles...

 * 2e partie : « Des falaises des Vaches Noires aux profondeurs de Sodwana Bay, rencontre avec les cœlacanthes », par Hugo DUTEL (CNRS-MNHN)

Les cœlacanthes sont un groupe de vertébrés à nageoires/membres charnus dont les plus anciens fossiles remontent au Dévonien inférieur.

Connus seulement à partir de fossiles depuis le XIXesiècle, les cœlacanthes étaient considérés comme disparus à la fin du Mésozoïque (75 millions d’années), en même temps que les dinosaures non aviens et les grands reptiles marins. En 1938, le seul représentant actuel du groupe, Latimeria, a été découvert par la Sud-Africaine Marjorie Courtenay-Latimer (1907-2004) et décrit par son compatriote James L. B. Smith (1897-1968). Depuis sa découverte, ce mystérieux animal n’a cessé de passionner les scientifiques, et de nombreuses questions demeurent sur sa biologie et son écologie.

Très vite, les médias s’emparèrent de la découverte et affublèrent le mystérieux poisson bleu de « fossile vivant », « survivant du Crétacé », ou encore « plus vieux poisson du monde », surnoms aussi marquants qu’erronés qui ont par la suite biaisé notre regard sur cet animal.

Un examen attentif du registre fossile fait en effet apparaître une véritable diversité morphologique et écologique. Notamment plusieurs espèces de cœlacanthes géants marins ont évolué au cours du Mésozoïque dans différentes lignées. Ces formes sont connues en Amérique du Sud, en Afrique de l’Ouest, et en Amérique du Nord. Récemment, la description d’un spécimen de cœlacanthe géant découvert par Élisabeth et Gérard Pennetier au pied des falaises des Vaches Noires a étendu la répartition de ces formes géantes à l’Europe.

 Dans son exposé, Hugo Dutel se réfère à son travail de doctorat, dont le but consiste à : 1) confirmer/infirmer les observations anatomiques faites sur le système manducateur du cœlacanthe ; 2) tester les précédents modèles fonctionnels de l’articulation intracrânienne par l’utilisation de techniques modernes (tomographie à rayons X, simulations virtuelles 3D) ; 3) in fine dégager des implications sur la biologie de Latimeria et sur celle des cœlacanthes géants fossiles. 

_________________________

Illustration du Cœlacanthe géant fossile Megalocoelacanthus. À gauche la silhouette du plongeur  permet de mieux appréhender la taille de cet animal aujourd'hui disparu.  © Hugo Dutel/MNHN 

►  Voir l'article d'Élisabeth & Gérard Pennetier « Un Cœlacanthe géant dans le Callovien supérieur des Vaches Noires de Villers-sur-Mer (Calvados), dans L'Écho des Falaises, 3 : 33-34 (1999).